Pour elle, qui mérite la mer et le ciel et le chant des colibris

Des fois, lorsque je n’écoute rien, il m’arrive d’entendre le son de sa voix qui résonne autour de quelques notes plaintives. J’entends la voix de Solange, tel un fil gris au-dessus duquel valse le poids de son passé, de ses traversées et de ses repentis. Me parvient à l’oreille l’espoir nourri en elle après chaque silence. J’entends encore et encore sa voix fredonner des airs de prière en travers de son trémolo. Des prières empilées devant le portail du ciel depuis le temps. J’entends son sourire, le do-ré-mi de ses combats ainsi que son refrain de lumière. 

Lire la suite

Porte-fardeaux suivi d’autres poèmes

Poète, Comédien, Coordonnateur de l’Espace Culturel des Jeunes de Turgeau (ECJT), ancien Directeur de programmation du Centre Culturel Cinémathèque (CCC), Yves Marie GUSTAVE participe à de nombreux ateliers de poésie (BMC). Il a aussi fondé en 2017 la Compagnie de théâtre Les Ateliers Encriture qu’il coordonne encore aujourd’hui. Nous publions dans notre espace Création trois de ses poèmes.

Lire la suite

As-tu vu venir le noir?

Tu dois être quelque part dans le monde, mais j’ignore où tu peux bien être. Seulement, je sais que tu n’es pas ici. Comme les autres tu as dû fuir le malheur, sans jugement. On ne peut pas.  Et pourquoi ? Et comment ? Si on reste c’est peut-être par contraintes. Peut-être par lâcheté. Par peur de l’inconnu. Peut-être par oubli. Que sais-je? On est tous des passants, plus la blessure est profonde plus elle met du temps à se cicatriser. Partir est devenu un atout majeur de santé et de bonheur.

Lire la suite

Tout le bleu du ciel

Je retiens ma main comme on retient son cœur après une honte. Que souhaiter à un monde qui crève ? A ma patrie qui râle tous les cauchemars de la terre ? A toi, Anna, qui de si loin entend chaque son de mon âme ? Que te dire sinon les larmes de quelqu’un qui voit mourir les siens, que te dire sinon qu’Apredye et tous ses démons ont ôté le rêve à mon pays. Et qu’est-ce qu’une terre où l’on ne peut plus rêver ?

Lire la suite

Istwa Jak

Si nuit te konn maleng lajounen pote malgre tout sa yo di, li pa t  ap janm ale kite nou fas ak lavi. Si nuit te konnen genyen nan nou, se lannuit nou moun. Se lannuit nou mache, se lannuit nou ka demare machwè n, se lannuit nou pran fòs, se lannuit nou ka jouke pwoblèm pi wo zetwal, se lannuit lavi n kòmanse malgre kalkil ki depatcha kalkilatris wòdpòte yo, se lannuit nou ka chita arebò lavi, nou ka chante tankou toutrèl ki fin bati kay pou li ponn. Se lannuit nou se matadò sipèb, nou pa wè je pèsonn, se lannuit nou bouske sa jounen souse nan nou kou yon kolonn vanpi tou grangou. Lannuit, nou moun tout bon…

Lire la suite

Si demain

Pour commencer, comme il le faut à toute chose selon ton monde à toi, je ne sais pas trop le mot qu’il faut. Je n’ai jamais su mettre à leur place les mots, les choses, les sentiments. Je te viens cette fois en douleur debout. Espèce de chose qui souffre à bout de souffle. Depuis toi je suis devenu le chemin qui mènent aux arbres mortes. A mon coeur, grand chantier du vide. Depuis toi, toi mon grand chant sirène d’horizon, mon papillon à défier arc-en-ciel, je suis devenu une sorte de gribouillage à la danse des libellules.

Lire la suite

Création | DIS-LEUR

Journaliste, poète et nouvelliste, Jonel Juste est né à Port-au-Prince le 2 octobre 1980. En tant que journaliste, il a travaillé dans divers journaux, revues et agence de presse en ligne tels que HPN, Le Nouvelliste, Vues d’Haïti, Le Matin (Haïti), Le Floridien, The Reporter, Miami Times (USA) et Le National (Haïti et USA).
En tant que poète, Jonel Juste a été, pendant quatre ans (2000-2004), animateur de l’Atelier de création artistique Marcel Gilbert de la Bibliothèque Justin Lhérisson de Carrefour, banlieue sud de Port-au-Prince. Ses poèmes ont été publiés dans divers journaux, tant en Haïti qu’à l’étranger. D’autres textes sont publiés dans des Anthologies en France, au Canada, aux États-Unis, et sur des sites spécialisés sur le Net. Jonel Juste a publié en 2013 “Joseph Prince d’Egypte”, une version versifiée et originale de l’histoire de Joseph dans la Bible. En 2019, il a publié sur Amazon 5 nouveaux ouvrages : “Trois fois passé là” (Nouvelles), “Solèy, Solèy” (Poésie), “The Watch” (Nouvelles), “I loved you before I knew your name” (Poésie), “Haitian Hip Hop: From Top to Bottom” (Essai).

Lire la suite

Moman pwezi : « Lamitye » yon powèm Jessica Nazaire

Jessica Nazaire fèt nan vil Pòtoprens. Li se powetès epi jounalis nan divès medya an liy. Li pibliye nan lane 2019 premye liv li ki se yon rekèy pwezi ki gen pou tit « Pwa Grate » nan edisyon Lawouze. Le Temps Littéraire nan kad aktivite l pou fè koudèy sou zèv otè fanm nan literati ayisyen an ap prezante yon powèm nan rekèy sila a ki gen pou tit Lamitye. Lamitye s on koudèy sou sitiyasyon malsite kap donnen nan katye defavorize. S on pinga pou Leta ki ret debwa kwaze, yon lonje dwèt sou peyi a k ap trepase, k ap pèdi tout branch nan kò l moso pa moso.

Lire la suite

Nos corps nés grève suivi d’autres poèmes

Étudiante en Travail social à la Faculté des Sciences Humaines de l’UEH, rédactrice à LIH Média et poétesse, Régine BAPTISTE est née en 1996. Elle a publié des poèmes dans des journaux et autres espaces médiatiques (Plimay, SiBelle, Le National, etc). Elle a participé à la quinzaine de poésie féminine de Plimay qui fait paraître bientôt une anthologie contemporaine de poésie féminine.

Lire la suite

Le jour des adieux

La nuit est longue. Epaisse. On avançait sans se heurter aux pierres. Une habitude de cette route rocailleuse. Cette route de 3 kms, faite de broussailles, de poussières et de boues, était ce fil qui nous reliait à la civilisation moderne. Les téléphones. Les télévisions. Les hôpitaux. L’eau potable. Les gens qui s’habillent de tout. Les maisons plus hautes que les arbres. Les voitures neuves, ou  plus ou moins. Les larges rues bétonnées. Les impasses. Les trottoirs qui sont autant visibles qu’habités. L’eau courante. La ration d’électricité.

Lire la suite