Qu’est ce que la nudité?

C’est l’interrogation la plus simple à laquelle l’esprit peut prétendre répondre sans pouvoir pour autant comprendre toutes les difficultés, dans les conditions possibles, qui s’insèrent dans une telle question. Le plaisir et le déplaisir sont les deux conditions auxquelles notre corps est exposé. Dans un langage spinozien, nous devrions dire que ces deux instances sont la joie et la tristesse. Et ce qui est la détermination de la nudité serait, dans une certaine mesure, qui, toutefois, n’exclut pas la douleur, c’est toujours l’affection de la joie ; de telle sorte que mon corps est affecté par la nudité de l’autre. D’où la question serait d’une toute autre nature si j’entends la nudité à la négative, c’est-à-dire si celle-ci n’est pas une affection de déplaisir qui affecte l’esprit de manière quelle soit dans la tristesse. Ainsi l’interrogation devient compliquer que je me demande, avec toute destruction que cela impliquerait, est ce que la nudité ne s’acquiert pas à partir, à chaque instant, d’une représentation de l’envie du corps de l’autre ?

Lire la suite